De nouvelles procédures de décollage à Zaventem réduisent le bruit

lecho.be
jeudi 16 janvier 2014

Les avions décollant de Brussels Airport empruntent de nouvelles trajectoires depuis le 9 janvier. Elles entraînent une amélioration du quotidien des riverains dans plusieurs communes.

Depuis le 9 janvier, de nouvelles procédures de décollage des avions sont en vigueur à l’aéroport de Bruxelles-National. Concrètement, elles permettront de réduire les nuisances sonores et d’améliorer le quotidien des riverains de plusieurs communes, principalement dans le nord de Bruxelles. Sans tambour ni trompettes, le secrétaire d’État à la Mobilité, Melchior Wathelet (cdH), serait-il en train de réussir à résoudre un dossier longtemps miné par des relents communautaires ? "Je ne fais qu’exécuter les accords du gouvernement fédéral de 2008 et 2010, rien de plus. Ces accords consacrent une politique développée partout et qui veut que les avions survolent des zones moins densément peuplées", nous a répondu Melchior Wathelet.

Depuis le 9 janvier, l’ancienne trajectoire baptisée DENUT est modifiée, obligeant les pilotes à opérer un virage à droite vers le nord-ouest avant d’atteindre la balise. La modification bannit aussi du ciel belge le croisement entre l’ancienne route menant vers la balise de Chièvres (CIV 2C) et l’ex-DENUT au-dessus de la commune de Wemmel (voir infographie avant le 9 janvier). Ce qui constitue un pas en avant en matière de sécurité.

Par ailleurs, dans la nouvelle configuration, la route menant vers la balise de Chièvres et qui emprunte la route du ring ne sera plus empruntée la nuit ni les samedis et dimanches. La nuit, les pilotes devront dorénavant emprunter la route du canal qui est une zone moins densément peuplée. La situation entraîne une amélioration du cadre de vie des riverains de communes du nord de Bruxelles/Noordrand (Haren, Koningslo, Vilvorde, Strombeek, Meise, Wemmel, etc.).

Deux étapes encore à venir

Les nouvelles trajectoires en vigueur depuis le 9 janvier (voir infographie après cette date) ne sont qu’une étape dans le processus d’amélioration de la situation des riverains de l’aéroport national. Une autre étape sera franchie le 6 février prochain et verra l’envoi de tous les avions gros porteurs qui décolleront de la piste 25R (25 droite) sur une route qui épouse celle du Canal en journée. Le "virage à gauche" est redessiné et sera expurgé des avions gros porteurs. La situation permettra cette fois d’améliorer le quotidien des riverains de communes de l’Oostrand (Crainhem, Wezembeek-Oppem, Sterrebeek, Diegem, Overijse, etc.). La nuit, il n’y aura plus aucun avion sur la route du ring ; ils seront déviés sur une route qui passera au-dessus du canal. D’après les calculs, les modifications qui interviendront dès le 6 février prochain délesteront le ciel du Noordrand d’un paquet de quelque 550 avions.

Une autre étape des procédures de décollage interviendra un mois plus tard. Dès le 6 mars, les avions qui décolleront vers la balise de Huldenberg ne survoleront plus la zone de Louvain, ce qui entraînera une amélioration pour les habitants de plusieurs communes des environs (Bertem, Heverlee, Meerbeek, Neerijse, Overijse, etc.).

Réduction de l’espace aérien militaire

Un accord est également intervenu avec le ministère de la Défense pour que les militaires cèdent un peu de leur espace aux activités civiles. Toutefois, en cas de situation exceptionnelle, les avions de la Défense seront autorisés à utiliser l’espace aérien cédé aux compagnies aériennes commerciales.

Les nouvelles mesures renforcent celles déjà opérationnelles depuis le 19 septembre. Depuis environ 4 mois, la piste diagonale 01/19 (ex-02/20) est retournée à son statut de piste non-préférentielle. Elle n’est sollicitée pour les atterrissages que si la vitesse moyenne du vent est supérieure à 7 nœuds sur les pistes parallèles 25.

Il restera encore au Fédéral à accoucher de l’autorité indépendante de contrôle des mesures à Brussels Airport. Melchior Wathelet nous a confié que le texte légal le concernant sera prêt avant la fin de la législature. Rien ne dit qu’il sera adopté avant. Mais une chose est sûre, la mise en place effective de l’organe sera réalisée par le futur gouvernement fédéral.



Navigation

Articles de la rubrique